HANDIRA, beauté berbère

HANDIRA, beauté berbère

Allongée et emmitouflée de mon plaid chaud, je songe à l'été et ce mariage qui se prépare. Je revois cette femme tisser ce qui pour elle sera la plus belle couverture nuptiale, celle de sa fille.

Dans un pays où l'on imagine que le mariage n'est qu'un passage obligatoire. Il est surtout empreint de traditions respectée et rempli de magie.

Je suis là à songer à la chaleur du soleil sur ma peau, à la musique enivrante du mariage prochain. Pourtant, dans les montagnes du Moyen Atlas, au nord du Maroc, on s’attelle à tout autre chose. On prépare le rituel d'une cérémonie réussie.

Elles sont là les femmes berbères au regard perçant. Elles préparent ce qui accompagnera la futur épouse dans une lune de miel au parfum d'inconnu. Objet unique, elles tissent une couverture avec de la laine de brebis, de lin et de coton. Pendant plusieurs semaines, elles confectionnent et ajoutent les centaines de sequins miroir. 

La cérémonie terminée, la mariée portera la couverture nouée autour de son cou comme une cape. Elle quittera sa maison d'enfance pour son nouveau voyage et emportera sur son dos les souvenirs cousus un à un.

Pour le moment, les motifs et dessins tissés contiennent des significations que seuls ses parents connaissent. Le tissage minutieux protégera et transmettra bénédiction aux futurs mariés.

Cette couverture de mariage créée pour rendre la chambre chaleureuse et booster la fertilité du couple, décorera la maison et conjurera le mal.

En occident, la HANDIRA est devenue tendance et se marie à tous les styles d'intérieur.

On le place sur le lit, au mur ou encore en tapis.

Et comme dirait Ines "il met des paillettes dans nos vies"!

 

Ophélie Zamrani

Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés.